THEMATIQUE 2022
14eme édition

COMPASSION-0663-small-F-copy

De Longino à Kant, de la rhétorique aux beaux arts, l’histoire de la pensée fait souvent référence au « sublime » comme forme suprême de la production esthétique.

Pour sa part, la science définit la sublimation comme un passage sans transition de l’état solide à l’état gazeux, esquivant dans sa lancée l’état liquide comme si en art le pigment devenait pensée sans médium.

Ainsi le numérique, par la conversion du monde physique en une forme sublimée, immatérielle, qualifiable et quantifiable, projette une passerelle inattendue entre le sublime esthétique et le sublime scientifique.
Dans la mise en forme de la pensée, l’art tendait à rendre sensible l’intelligible, maintenant, dans sa forme dématérialisée, il reconvertit le sensible symbolique en intelligible numérique.

LED Flavin

Les formes s’effacent devant les algorithmes qui les génèrent, et l’objet d’art devient sujet, processus, interaction ou crypto monnaie Si la réification de la pensée en objet a longtemps prévalu dans l’atelier comme sur le marché, elle semble maintenant faire place à des formes résolument spéculatives, entre questionnement et expérimentation, action et transaction.